CLOSE

BeSWIC

Centre de connaissance belge sur le bien-être au travail
Accueil | Actualités et évènements | De fortes exigences professionnelles génératrices de stress au travail

Print RSS

De fortes exigences professionnelles génératrices de stress au travail

15.03.2016
28% des travailleurs belges sont confrontés à un excès de stress au travail. C'est ce que révèlent des études compilées par le cabinet du Ministre de l'Emploi, Kris Peeters.

Les résultats au niveau européen

Une étude européenne menée auprès de 43.000 travailleurs dans 35 pays montre que la Belgique enregistre un score plus mauvais que la moyenne européenne de 26%. Il est à noter qu'en Belgique, le nombre de troubles physiques et psychosociaux, tels que le burn-out, est en augmentation.

On constate peu de différences entre hommes et femmes. Ce sont les travailleurs entre 40 et 55 ans qui sont le plus sujets au stress. Le stress est le plus présent dans le secteur financier, suivi du secteur du transport, des soins de santé, du commerce de détail, de l'horeca et de l'enseignement.

De fortes exigences constituent la principale cause de stress

L'âge, le sexe et le secteur ne sont pas déterminants à l'égard du stress. Ce sont les exigences parfois démesurées de l'organisation et l'ambiance au travail qui occasionnent ce stress. Le choix entre rapidité et perfection s'avère souvent frustrant. Un délai trop court, couplé à l'exigence d'un travail effectué jusque dans les moindres détails, provoque un stress énorme chez le travailleur.

Une étude de Lode Godderis, de la KU Leuven, met en lumière que c'est principalement la charge de travail qui joue un grand rôle, aux côtés de l'autonomie, du soutien des collègues et des opportunités de développement.

Travail soutenable

Selon Kris Peeters, la principale conclusion est que ce sont les exigences professionnelles qui ont le plus grand impact sur le stress et le burn-out. Cela signifie qu'il est possible d'éviter le stress et le burn-out par le biais de la prévention.

Le Ministre de l'Emploi souhaite mener "à brève échéance" une concertation avec tous les acteurs concernés, notamment les partenaires sociaux, les services externes de prévention et les médecins du travail. Cette démarche s'inscrit dans son plan d'action en faveur du 'travail soutenable'.