Projets européens Hyfacts et Hysafe sur la sécurité de l’hydrogène et des installations d’hydrogène

On rencontre de plus en plus l’hydrogène dans la vie de tous les jours, entre autres comme source alternative d’énergie. Les installations d’hydrogène peuvent impliquer certains risques que les autorités agréées veulent réguler. Deux projets européens répondent à cela.

Hyfacts

Le projet Hyfacts a pour objectif de développer, d’initier et de diffuser du matériel de formation à jour pour les autorités réglementant les installations d’hydrogène.

Dans ce projet, on donne tout d’abord un aperçu des diverses associations de gaziers, comme l’« European Industrial Gas Association » (EIGA), la « Britisch Compressed Gass Association » (BGCA), l’ « IGV Industriegaseverband » allemand, institutions, universités et organisations internationales.

Ensuite, un aperçu des formations est donné. Il comprend, d’une part, les formations de courtes durées et, d’autres part, les formations bachelor et master dans les Etats membres de l’Union européenne. Cet aperçu ne reprend pas de formations belges.

Vous trouverez plus d’information à ce sujet sur le site Internet d’Hyfacts.

Hysafe

Le projet Hysafe rassemble la recherche et l’expérience industrielle sur la sécurité de l’hydrogène dans différents secteurs.

Préalablement au projet Hysafe, quatre écoles d’été européennes ont été organisées entre 2006 et 2009 concernant la sécurité de l’hydrogène dans le cadre du sixième programme-cadre. Vous trouverez plus d’information à ce sujet sur le site Internet de l’université d’Ulster: School of the Built Environment - European Summer School on Hydrogen Safety

Le consortium Hysafe comprend 25 membres. Vous trouverez des informations sur ce projet sur leur site Internet: HySafe - Safety of Hydrogen as an Energy Carrier

Accident avec de l’hydrogène

Les risques de l’hydrogène ont été démontrés par l’accident mortel impliquant une remorque d’hydrogène le 25 avril 2013. Un camion contenant 14 bouteilles d’hydrogène a culbuté et le tracteur a pris feu.

Il y a alors eu une fuite d’hydrogène. La fuite a directement pris feu, car le gaz d’hydrogène a une énergie d’inflammation basse. Pendant plusieurs jours, les bouteilles ayant une fuite se sont consumées sous contrôle. Les autres bouteilles ont été refroidies. La flamme a été suivie par la thermographie, car l’incendie d’hydrogène ne peut pas se voir.

La perturbation a duré environ une semaine, car le revêtement endommagé par la chaleur a ensuite dû être remplacé.

Informations concernant cet accident:

Plus d’information