Résultats de l’étude sur l’exposition à l’acrylonitrile dans la catastrophe ferroviaire à Wetteren

Dans l’accident de train à Wetteren le 4 mai 2013, de l’acrylonitrile a été libéré. Les résultats de l’examen épidémiologique chez les riverains et du personnel d’intervention étaient rassurants.

Introduction

Le samedi 4 mai 2013, un train de marchandises a déraillé à Wetteren. L’acrylonitrile avec des propriétés toxiques et inflammables (avec encore quelques autres propriétés fâcheuses) a été libéré de trois wagons-citernes. Un incendie a suivi peu après.

Le plan d’urgence a été déclenché. Un périmètre a été délimité. Durant plusieurs jours, les différentes disciplines de la planification d’urgence étaient sur place pour maintenir la situation sous contrôle. Ce n’est qu’après quelques jours que les derniers habitants ont pu rentrer chez eux.

Pendant et après les interventions, des échantillons de sang et d’urine ont été prélevé à différents moments sur la population et du personnel d’intervention. Un de ces échantillons était réalisé dans le cadre d’une analyse épidémiologique. Les résultats de ces échantillons sanguins n’étaient pas alarmants. Pour la population, les résultats ont été présentés le 31 août et pour le personnel d’intervention le 18 décembre 2013.

Ensuite, plusieurs organisations concernées ont donné des journées d’étude pour tirer les leçons de cet accident.

La presse même a amplement informé à ce sujet. Voir, par exemple les bulletins d’informations de TV Oost-Vlaanderen sur la catastrophe ferroviaire à Wetteren (en néerlandais).

La commune de Wetteren a mis sur pied le site Internet « digitaal Wetteren » sur lequel les habitants pouvaient poser toutes leurs questions et trouver des informations.

Analyse épidémiologique par l’Institut scientifique de santé publique (ISP)

Dans les premières semaines suivant l’incident, la population a subi des prélèvements sanguins. Pour le personnel d’intervention professionnel, une plus longue période a été prévue pour la collecte des échantillons.

Des échantillons de sang et d’urine ont été demandés aux résidents qui ont été admis à l’hôpital après l’accident, aux personnes des services d’intervention qui étaient actives sur le terrain, aux habitants dans la zone de 250 mètres autour de l’accident et à un nombre représentatif de personnes évacuées en dehors de la zone de l’accident. Au total, du sang a été prélevé sur 243 habitants et 1054 personnes des services d’intervention.

Les échantillons sanguins ont été examinés pour détecter la présence de N-(2-cyanoéthyl)valine ou « CEV ». C’est, comme on l’appelle, un « biomarqueur » qui est constitué spécifiquement lors de la dégradation d’acrylonitrile dans le corps et permet dès lors de déterminer l’exposition. Contrairement au cyanure, qui est visible dans le sang peu après l’exposition, mais qui disparaît alors rapidement, ce marqueur se lie beaucoup plus longtemps à l’hémoglobine. Il se détecte dès lors jusqu’à 120 jours après l’exposition.

Les échantillons d’urine ont été utilisés pour corriger les résultats sanguins pour le comportement fumeur. L’acrylonitrile est présent dans la fumée de tabac. Pour pouvoir identifier objectivement les fumeurs, la quantité de cotinine, un produit dégradé de nicotine, a été déterminée dans l’échantillon d’urine. De la sorte, les faux résultats positifs ont pu être exclus.

Les experts n’attendent pas qu’une exposition unique aura un effet à long terme sur la santé. Les personnes concernées ne doivent donc pas s’inquiéter.

Sur le site de l’ISP, vous aurez plus d’information sur tous les résultats:

D’autres acteurs ont aussi informé leurs membres sur les résultats de l’exposition, comme le « Brandweer Vereniging Vlaanderen » (BVV), l’association des sapeurs-pompiers de Flandre: Volksgezondheid informeert hulpdiensten over Acrylonitril

Dans ce cadre, il est également utile de mentionner qu’une banque de matériaux biologiques est en cours de construction pour les campagnes éventuelles de biomonitoring en Flandre du « Steunpunt Milieu en Gezondheid » (Point d’appui Environnement et Santé), où des échantillons de sang, de sérum, de plasma, d’urine et de cheveux seront conservés pour des éventuelles futures analyses: De humane biobank, een investering in toekomstig onderzoek

Acrylonitrile: utilisation et propriétés

L’acrylonitrile est une substance chimique beaucoup utilisée. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site Internet du:

C’est une des substances peu nombreux qui est pourvue de 5 pictogrammes avec le nouveau Règlement CLP 1272/2008, à savoir le pictogramme pour inflammable, toxique, écotoxique, danger pour la santé humaine (c’est-à-dire cancérigène) et corrosif; plus d’information dans la banque de données inventaire CLP sur le site Internet de l’Agence européenne des substances chimiques: Summary Of Classification and Labelling - acrylonitrile

Pour le transport des substances dangereuses par route (Convention européenne ADR) et chemin de fer (réglementation internationale RID), l’acrylonitrile reçoit le n° ONU 1093.

Vous trouverez des informations sur les propriétés toxicologiques sur les sites Internet de ces instituts:

À la suite de l’accident, le centre Antipoison a publié un bref résumé sur l’acrylonitrile: L'acrylonitrile

Sur le site Internet de l’entreprise chimique BASF, vous pouvez également obtenir des informations très intéressantes d’un point de vue médical sur une trentaine de substances, parmi lesquelles l’acrylonitrile: Ein Beispiel von Responsible Care® in der BASF

Les directives pour la qualité de l’air de l’OMS fournissent aussi des informations utiles: Air quality guidelines - Chapter 5.1: Acrylonitrile (PDF)

Acrylonitrile: codes de bonne pratique

Le Conseil européen pour l’industrie chimique (CEFIC) rédige pour les diverses substances chimiques des codes de bonne pratique sur la manipulation de ces substances dans la chaîne logistique complète. Pour l’acrylonitrile, ce code a également été rédigé: Guidelines for the distribution of Acrylonitrile (PDF)

Le groupe « AN Group », l’association commerçante américaine pour une production sûre et responsable et l’utilisation d’acrylonitrile, a aussi un code de bonne pratique: Ascend Performance Materials - Acrylonitrile Group - Guideline for the Safe Handling and Distribution of Acrylonitrile (PDF)

Les producteurs individuels d’acrylonitrile, tels que INEOS, rédigent aussi des codes de bonne pratique: Acrylonitrile - Safe Storage and Handling Guide (PDF)

Exposition aux substances lors d’interventions

Dans les secours, on peut être exposé à toutes sortes d’agents. Il peut tant s’agir d’un contact direct avec des substances dangereuses que d’un contact indirect avec des produits dérivés, des produits de réaction ou de combustion.

En cas d’accidents, il est rare qu’il n’y ait qu’une libération du produit lui-même. Dans de nombreux cas, un incendie se déclenche aussi. Dans ces cas, on doit aussi regarder aux produits de combustion. Le « Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu » (RIVM), l’institut néerlandais pour la santé publique et l’environnement, a fait cette étude à ce sujet: Verspreiding van stoffen bij branden: een verkennende studie (PDF). Aussi Koen Desmet, officier chez les pompiers d’Anvers, a donné une présentation en néerlandais sur ce sujet: Ontwikkelingen op het gebied van rook bij brand (PDF)

Tant dans notre pays qu’à l’étranger, on compte des exemples de catastrophes où pour certains concernés, il y a eu des expositions assez élevées à des produits dérivés ou des produits de combustion, comme au crash de Bijlmermeer à Amsterdam, aux attentats du 11/09 sur les tours du WTC à New York, etc. Plus près de chez nous, il y avait l’incendie de la cokerie Marly à Bruxelles du 10 décembre 2003. Un aperçu des interpellations sur cet incident peut être trouvé sur le site internet de PREVI: Compte rendu des débats qui ont eu lieu à la Chambre des Représentants avec renvoi aux textes intégraux

Concernant l’exposition des attentats du 11/09, diverses études ont déjà été publiées. Vous pouvez aussi obtenir de nombreuses informations sur Internet avec les mots-clefs « exposure », « fire fighters » et « 9/11 ». Les articles suivants sont utiles dans ce cadre:

Réglementation transport ferroviaire et interventions

Le transport ferroviaire est lié à diverses réglementations belges et internationales. Récemment, le Code ferroviaire a par ailleurs également été publié, mais il doit encore être mis en vigueur par un arrêté royal. Lire à ce sujet le bulletin du site Internet du Centre de connaissance belge sur le bien-être au travail BESWIC: Le code ferroviaire mis sur les rails

Pour le transport de substances dangereuses, on est soumis à la réglementation internationale « RID ».

Plus d’information sur la réglementation internationale sur le site Internet du Comité international des Transports ferroviaires (CIT): Convention relative aux transports internationaux ferroviaires (COTIF)

En Europe, une Agence ferroviaire européenne a vu le jour: European Railway Agency (ERA)

Aux Pays-Bas, il existe un « Basisnet » (Réseau de base) pour le transport des substances dangereuses. Ce réseau indique sur quelles routes les substances dangereuses peuvent être transportées.

Si des accidents de transport surviennent, tant sur la route que sur le chemin de fer, des accords sont conclus avec le CEFIC qui met ses connaissances à disposition au moyen du programme « Intervention in Chemical Transport Emergencies » (ICE); plus d’information à ce sujet sur le site Internet du CEFIC: Transport Emergency Scheme

Ensuite, il y a aussi les ERI Cartes, les cartes pour l’intervention en situation d’urgence de certaines substances chimiques: ERICards

Le « Guide 131 » de l’ « Emergency Response Guidebook » donne un aperçu du concept de la lutte contre les incendies pour les liquides toxiques et inflammables, tels que l’acrylonitrile.

Pour la Belgique, BASF et Solvay jouent un rôle dans le programme ICE qui, spécifiquement pour la Belgique, s’appelle Belintra. Pour les entreprises Seveso et Belintra, vous pouvez trouver des informations sur le site Internet belge Seveso: De l'aide en cas d'accident

Essenscia, la fédération belge de l’industrie chimique et des sciences de la vie, a également lancé ce communiqué de presse suite à l’incident: Communiqué d'essenscia suite à l'accident de train de Wetteren

Examen des accidents

L’accident à Wetteren sera examiné par l’Organisme d’enquête sur les accidents et incidents ferroviaires (OE). Cet organe indépendant a été mis sur pied pour contribuer à la sécurité sur le chemin de fer. La mission principale de l’Organisme d’Enquête est d’effectuer des enquêtes sur des accidents d’exploitation dits « graves » qui surviennent sur le réseau ferroviaire belge. Sur le site Internet du Service public fédéral Mobilité et Transport, vous trouverez la liste des enquêtes ouvertes.

En 2002, une fuite d’acrylonitrile a également eu lieu à Amersfoort aux Pays-Bas. Le rapport final de l’enquête menée à ce sujet par le « Raad voor de Transportveiligheid » (conseil pour la sécurité du transport) se trouve sur le site Internet du « Nederlandse Onderzoeksraad voor veiligheid »: Lekkage acrylnitril - station Amersfoort - 20 augustus 2002 (PDF)

La même année, mais quelques mois auparavant, un accident de train a également eu lieu avec la même substance en Allemagne. Plus d’information: 18.02.2002 - Zugunglück im Osnabrücker Bahnhof

Il est utile de savoir qu’un aperçu des principaux incidents ferroviaires de 2010 à 2014 est disponible sur Wikipedia: List of rail accidents (2010–present)

Dans le database des accidents chimiques « FACTS», vous trouverez aussi un aperçu des accidents avec l’acrylonitrile: Chemical Accidents with Acrylonitrile (acn)

Enquête du Conseil supérieur de la santé (CSS)

Le CSS a réalisé, à la demande de la ministre Onckelinckx, une première enquête début mai 2013. Plus d’information dans cette lettre du CSS: Dringend advies ingevolge het treinongeval in Wetteren met betrekking tot blootstelling aan toxische stoffen (PDF) (uniquement disponible en néerlandais)

Dans le passé, elle a également fait quelques recommandations pour l’incendie Marly: Avis relatif à l'incident de la cokerie Marly (PDF)

La suite de l’enquête est en cours.

Réglementation planification d’urgence

La réglementation relative à la planification d’urgence différencie ces cinq disciplines:

  1. Les opérations de secours
  2. Les secours médicaux, sanitaires et psychosociaux
  3. La police du lieu de la situation d’urgence
  4. L’applui logistique
  5. L’information à la population et aux médias

La phase provinciale (ancien phase 3) est déclenchée par le gouverneur pour la catastrophe ferroviaire à Wetteren.

Pour déterminer les périmètres, les Etats-Unis utilisent les Acute Exposure Guideline Levels (AEGLs)

Plus d’information sur la discipline 2 sur le site Internet du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement: Gestion des crises

Plus d’information sur la sécurité civile (discipline 4) sur le site Internet de la Direction générale de la Sécurité civile:

Les sites Internet des différentes provinces reprennent également des informations sur la planification d’urgence:

Pour les entreprises Seveso, la planification d’urgence interne est aussi une clef de voûte si quelque chose devait mal tourner. Dans ce cadre, la Division du contrôle des entreprises chimiques du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation Sociale (SPF ETCS) a rédigé un questionnaire élargi qui est repris dans le chapitre 9 « Liste de vérification » de la brochure Outil d’inspection Planification d’urgence (PDF)

Assurances

Avec ce type d’accidents, il y a toujours un dommage relativement considérable qui peut être de différentes natures. Se pose alors ensuite toujours la question de qui paiera les dommages.

À la suite de cet accident, Assuralia a diffusé ce communiqué de presse à ce sujet: Accident de chemin de fer de Wetteren: l’assurance offre sa protection

Sur le site Internet de la commune de Wetteren, les personnes lésées pouvaient également obtenir des informations à ce sujet: Schade?

À la suite de l’explosion de gaz du 30 juillet 2004 à Ghislenghien, une loi est finalement sortie qui réglemente les dommages de cette sorte de risques technologiques. Vous trouverez un bon article à ce sujet dans la « Gazet Van Antwerpen »: Gellingenwet moet slachtoffers van rampen sneller vergoeden

Consultez le texte de cette loi sur la base de données Justel avec la législation consolidée: Loi du 13 novembre 2011 relative à l'indemnisation des dommages corporels et moraux découlant d'un accident technologique

Les coûts réalisés supplémentaires seront également mis à l’ordre du jour dans quelques communes qui ont envoyés des personnes de services d’intervention. Dans plusieurs cas, Infrabel a remboursé les coûts sans que cela puisse être considéré comme une reconnaissance de faute.

Ces annonces ont été publiées à ce sujet:

Premiers commentaires des divers concernés dans les secours

La presse a largement informé sur l’accident de train de Wetteren et ses suites. Mais aussi, les différents acteurs ont chacun largement rapporté pour leur domaine spécifique et compétences. Cette communication était destinée à leurs collaborateurs internes et pour suivre la situation. Ci-dessous un aperçu de certaines communications des divers concernés:

Divers forums Internet ont commenté l’incident. Exemples:

Sur le site Internet d’Infrabel, vous pouvez regarder un film accéléré des travaux de réparation sur la voie: Une vidéo pour résumer les travaux de réparation à Wetteren

Aussi dans la presse francophone et à l’étranger (e.a. les Pays-Bas), l’incident a été suivi. En témoignent ces quelques bulletins:

Formations interventions avec des substances dangereuses

Une première évaluation correcte de comment manipuler les substances dangereuses est essentielle en cas de situations d’urgence. À cet effet, des conseillers à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses (CSMD) ont vu le jour il y a quelques années.

Plus d’information sur les formations CSMD:

Également auprès du Brandweerinformatiecentrum Geel (BIG), vous pouvez obtenir de nombreuses informations sur les substances dangereuses et la planification d’urgence. Plus d’information sur leur caléidoscope: Le Kaleidos Mobile: sur tablette

Discussion politique

Suite à une catastrophe, des discussions politiques s’engagent la plupart du temps. Dans ce cas, il n’en a pas été autrement. Tant au niveau provincial que fédéral, des discussions y étaient consacrées ainsi que sur différents sites Internet politiques; ci-dessous un nombre limités de documents à ce sujet:

Article d’opinion utile paru dans De Morgen: Wetteren en de frustratie van een wetenschapper

Diverses sessions d’information après l’accident et leçons préliminaires

Différents acteurs ont ensuite donné des journées d’étude à ce sujet, ci-dessous un aperçu non-limitatif: