Risques accrus de décès dus à des maladies pulmonaires parmi le personnel d’entretien

Les cas de décès dus à des maladies pulmonaires sont plus fréquents chez les agents d’entretien que chez les employés ou les cadres. Ce constat s’explique sans doute par l’inhalation de produits d’entretien chimiques, de champignons et de poussières.

Près de 200.000 hommes et femmes assurent le nettoyage à domicile, dans des bureaux ou des locaux industriels. Mais en rendant le monde plus propre, ces personnes mettent en danger leur propre santé.

Enquête sur les causes de mortalité

Dans son étude, Laura Van Den Borre, doctorante en sociologie à la VUB, a mis en lumière le fait que les cas de mortalité dus à certaines maladies sont plus fréquents chez le personnel de nettoyage que chez les employés et les cadres. Elle a pris comme point de départ l’ensemble de la population active belge entre 30 et 60 ans en 1991. Elle a ensuite examiné les cas et les causes de mortalité jusque 2011. Au total, elle a analysé 202.339 décès chez les hommes et 58.592 chez les femmes.

De cette analyse, il ressort que, durant cette période, les hommes d’entretien ont connu une mortalité de 45% supérieure aux employés et cadres. Chez les femmes d’ouvrage, ce risque accru de mortalité est de l’ordre de 16%. Les principaux responsables sont les maladies pulmonaires.

Les affections pulmonaires chroniques telles que la bronchite et l’emphysème pulmonaire (qui provoque la perte d’alvéoles pulmonaires) constituent les pathologies les plus fréquentes. Durant la période examinée, les agents d’entretien ont connu une mortalité due à ces pathologies, double par rapport aux employés. Même en filtrant les effets du tabagisme, les différences restent importantes.

Maladies pulmonaires dues aux produits de nettoyage, combinés aux poussières et aux champignons

Laura Van Den Borre ne s’est pas penchée sur la cause principale, mais des études internationales ont déjà prouvé les effets des produits de nettoyage chimiques et des agents biologiques tels que la poussière et les champignons, sur les poumons. A présent, il existe donc un lien clair entre nettoyage et mortalité.

Ce qui est frappant, c’est que les effets sont les plus marqués chez le personnel de nettoyage à domicile, alors que l’on pourrait s’attendre à ce que ce soit dans le nettoyage industriel où des produits plus dangereux sont utilisés. D’un autre côté, les produits d’entretien domestique sont conçus pour une utilisation normal, disons de l’ordre de deux fois par semaine. Mais le personnel de nettoyage à domicile, lui, y est exposé plusieurs fois par jour.

(Source: article de Jens Vancaeneghem, De Standaard, 25 août 2017)

Plus d’infos

Plus d’informations dans les articles suivants en néerlandais:

Le 23 octobre 2018, madame Van den Borre a donné une conférence à ce sujet lors du colloque de la Semaine européenne. Cette conférence en néerlandais peut être téléchargée sur le site "événements" du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale: Beroep, gezondheid en sterfte – Langetermijnonderzoek in verschillende sectoren en beroepen.