Exposition au froid

Le titre 1er relatif aux ambiances thermiques du livre V du code du bien-être au travail détermine les valeurs d’action devant être observées. La fixation de valeurs d’action est importante pour pouvoir déterminer à quel moment des mesures préventives doivent être prises. Ces valeurs d’action ont pour but de protéger la santé des travailleurs. Dans le cas de problèmes de confort thermique, l’utilisation de ces valeurs a peu de sens.

Valeurs d’action d’exposition

Les valeurs d’action d’exposition au froid sont fixées en fonction de la charge physique de travail :

Température de l’air minimum

Charge physique de travail

18°C

Très légère

16°C

Légère

14°C

Moyenne

12°C

Lourde

10°C

Très lourde

Mesures en cas de froid excessif

Origine technologique

Lorsque, dans des locaux réfrigérés, les températures sont inférieures aux valeurs d’action d’exposition, les mesures suivantes doivent être prises par l’employeur :

  • Les travailleurs sont pourvus de vêtements de travail et d’équipements de protection individuelle adéquats.
  • La vitesse de l’air dans ces locaux, en présence des travailleurs, est réduite à un niveau minimal, compatible avec le fonctionnement des installations.
  • Des moyens techniques sont prévus pour sécher les vêtements de protection après usage.
  • Des boissons chaudes sont mises à disposition des travailleurs, sans frais pour ceux-ci.
  • Si le médecin du travail l’estime nécessaire, des temps de repos sont prévus.

Origine climatique

Durant la période comprise entre le 1er novembre et le 31 mars, les locaux de travail ouverts ainsi que les lieux de travail en plein air doivent être pourvus de dispositifs de chauffage en nombre suffisant.

Lorsque les conditions climatiques l’exigent et, en tout cas, lorsque la température extérieure est inférieure à 5 °C, ces dispositifs de chauffage doivent être mis en marche. Sous réserve de l’accord préalable des représentants des travailleurs au comité ou, à défaut, de la délégation syndicale, ces appareils de chauffage peuvent être installés dans des locaux, dans des constructions provisoires ou à d’autres endroits, afin d’offrir la possibilité aux travailleurs de se réchauffer périodiquement.

Lorsque la température extérieure est inférieure à 5°C, il est interdit aux exploitants de magasins de détail d’occuper des travailleurs à des comptoirs d’exposition ou de vente placés à l’extérieur, aux abords immédiats du magasin.

Lorsque la température extérieure est inférieure à 10°C, les travailleurs occupés aux dits comptoirs doivent disposer d’un système de chauffage suffisamment puissant, à moins que des mesures ne soient prises afin que ces travailleurs puissent se réchauffer régulièrement et aussi souvent que nécessaire. En outre, ces travailleurs disposent d’un plancher permettant d’éviter le contact direct avec le sol et sont protégés, autant que possible, contre les intempéries.

Ces travailleurs ne peuvent effectuer ce travail avant 8 heures ou après 19 heures, ni pendant plus de 2 heures sans une interruption d’au moins une heure, ni pendant plus de 4 heures par jour.

Effets sur la santé des ambiances froides

Effets sur la prestation de travail

Travail manuel

Lors d’essais qui testent la dextérité dans un environnement froid, la baisse des performances est plus importante que lors des tests qui impliquent la motricité globale. Cela s’explique par le fait que, dans un environnement froid, la température des membres est plus faible dans la périphérie. Les doigts sont plus froids que les mains, et les mains plus froides que les avant-bras.

A des températures inférieures, une perte de sensibilité et de la raideur perturbe le travail normal. Le froid provoque également une augmentation du tonus musculaire, ce qui a un effet défavorable sur le déplacement. En outre, il diminue la force musculaire maximale.

Des expériences ont montré que, lorsque la température de la peau de la main est inférieure à 20°C, une baisse des performances peut être observée dans le travail manuel.

Tâches mentales

Par l’examen de l’effet du froid sur l’exécution de tâches mentales, on a trouvé, entre autre, que le nombre d’erreurs augmente.

Par contre, sur une tâche de vigilance, on a trouvé que, dans un environnement froid, la réponse à un stimulus était aussi adéquate que dans un environnement thermique neutre.

Effets pathologiques

Le froid peut causer deux types d’hypothermie : l’hypothermie systémique (le corps entier) et l’hypothermie locale (une partie du corps). Le froid peut également aggraver ou causer des affections de la peau.

Hypothermie systémique

L’hypothermie systémique est une diminution de la température centrale du corps en dessous de 35°C. Lorsque le corps est exposé au froid, deux réactions physiologiques se produisent : la constriction des vaisseaux sanguins dans la peau et le tissu sous-cutané, et l’augmentation du métabolisme par des mouvements forcés et des frissons.

L’hypothermie commence souvent de façon insidieuse. Les premiers signes sont la sensation d’ivresse, les troubles de la parole, l’irritabilité, les troubles de la coordination, la faiblesse, la fatigue, une peau froide et gonflée. Lorsque l’hypothermie est plus profonde (33°C et moins), les tremblements diminuent et disparaissent, les mouvements diminuent et la conscience est réduite (pertes de mémoire, désorientation, hallucinations).

Le traitement consiste à réchauffer le corps par un bain chaud ou un lit chaud avec des coussins chauffants ou des compresses chaudes.

Hypothermie des extrémités

Les joues, le nez, les oreilles, les doigts, les mains, les orteils et les pieds sont les parties du corps qui sont les plus susceptibles de se refroidir, au point que des lésions tissulaires peuvent survenir, causées par l’hypothermie locale.

Si la température de la peau tombe sous les 25°C, le métabolisme des tissus est ralenti. Sous les 15°C, des lésions tissulaires peuvent survenir, en cas d’ischémie (diminution de l'apport sanguin artériel à un organe) et/ou de thrombose et, à -3°C, la peau peu réellement geler. Les dommages se manifestent par une rougeur, une enflure, des démangeaisons, des douleurs et des cloques qui peuvent évoluer vers l’ulcération et le saignement.

En cas du gel, un engourdissement, des picotements et des démangeaisons surviennent. La peau est souvent gonflée et blanche. Dans les cas graves, des picotements, des douleurs et une raideur se produisent.

Affections de la peau

Une faible température ambiante peut causer ou aggraver des affections cutanées diverses.

  • Le psoriasis, par exemple, réagit au froid. Les symptômes de cette maladie sont souvent pires pendant les mois d’hiver.
  • Le froid peut également être responsable du développement de "livedo reticularis", la peau de marbre, réticulée bleu-rouge, qui est une décoloration de la peau par le refroidissement.

Moyens de lutte physiologiques

Pour lutter contre les variations de température dues à son environnement, notre corps développe divers moyens de lutte physiologiques :

  • Tremblements ou frissons : par la contraction rapide et involontaire des muscles (muscles striés), la température centrale est augmentée. Les contractions musculaires consomment de l’énergie et produisent de la chaleur.
  • Vasoconstriction : réduction du diamètre des vaisseaux sanguins situés sous la peau soumise au froid pour réduire le rayonnement de chaleur et l’évacuation de chaleur dans l’environnement.
  • Augmentation du métabolisme de base : augmentation de la chaleur générale par mécanisme hormonal.

Ambiances thermiques - Documentation externe

Site Deparisnet.be (Belgique)

Des informations concernant les ambiances thermiques sont disponibles sur le site du Professeur J. Malchaire : Deparisnet.be

Dossiers "Travail à la chaleur" et "Travail au froid" (INRS - France)

Sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et de maladies professionnelles (INRS) :

Ambiances thermiques - Outils

Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques de travail (SPF Emploi - Belgique)

La stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels a été développée pour aider à mettre en place une gestion dynamique et efficace des risques. Elle comporte quatre niveaux d'intervention : Screening (dépistage), OBservation, ANalyse et Expertise.

La stratégie Sobane appliquée aux ambiances thermiques de travail est disponible sur le site Sobane, dans la rubrique Outils > Observation - Analyse - Expertise par domaine de risque > Les méthodes Sobane par domaine de risque > Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques.

Outils de calcul (Site Deparisnet.be - Belgique)

Des programmes pour le calcul des indices thermiques de confort (PMV-PPD) ou de contraintes (WBGT, PHS) sont disponibles sur demande sur le site deparisnet.be : Programmes.

Tables de calcul du WBGT (SPF Emploi)

Des tables de calcul du WBGT sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale :

Utilitaires informatiques pour la gestion des contraintes thermiques (IRSST - Canada – 2008)

Sur le site de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), sont disponibles :

Calculateurs online du WBGT

Normes

  • ISO 7730:2005 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critères de confort thermique local
  • ISO 7933:2004  Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation de la contrainte thermique fondée sur le calcul de l’astreinte thermique prévisible
  • ISO 7243:1989 Ambiances chaudes – Estimation de la contrainte thermique de l'homme au travail, basée sur l'indice WBGT (température humide et de globe noir)
  • ISO 15265:2004 Ergonomie des ambiances thermiques - Stratégie d'évaluation du risque pour la prévention de contraintes ou d'inconfort dans des conditions de travail thermiques
  • ISO 15743:2008 Ergonomie des ambiances thermiques - Lieux de travail dans le froid - Évaluation et management des risques
  • ISO 11079 :2007 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination et interprétation de la contrainte liée au froid en utilisant l'isolement thermique requis du vêtement (IREQ) et les effets du refroidissement local
  • EN 342:2004 Vêtements de protection - Ensembles vestimentaires et articles d'habillement de protection contre le froid
  • EN 511:2006 Gants de protection contre le froid

Ambiances thermiques - Publications

Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE (SPF Emploi – Belgique – 2012)

Conformément à la stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels (plus d’infos sur le site www.sobane.be), cette brochure décrit une méthode à quatre niveaux : dépistage, observation, analyse et expertise, qui devrait permettre de mieux prévenir et /ou corriger les risques liés aux ambiances thermiques de travail. La brochure comprend une série de fiches d’aide.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE.

Ambiances thermiques (SPF Emploi – Belgique - 2013)

Cette brochure a pour objet d’expliquer l’arrêté royal du 4 juin 2012, qui est maintenant abrogé et remplacé par les dispositions du titre 1er du livre V du code du bien-être au travail. Elle s’adresse à la fois aux conseillers en prévention, aux chefs d’entreprise responsables de la mise en œuvre de la prévention, et aux travailleurs concernés par cette prévention.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques.

Questions parlementaires

  • 1586 Chambre - Les mesures au travail en cas de température élevée

Ambiances thermiques - Réglementation

  • Titre 1er relatif aux ambiances thermiques du livre V du code du bien-être au travail
  • Titre 1er concernant les exigences de base relatives aux lieux de travail du livre III du code

Les textes réglementaires et leurs explications sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans la rubrique Thèmes > Bien-être au travail > Facteurs d'environnement et agents physiques > Ambiances thermiques.

En pratique

  • koude.jpg
    Ambiances thermiques

    Travailler quand il fait froid

    Les basses températures peuvent avoir des conséquences négatives sur le travail. Quels sont les températures limites légalement définies en-dessous desquelles on ne peut plus travailler?
  • Zomerhitte op het werk
    Zomerhitte op het werk
    Ambiances thermiques

    Grandes chaleurs au travail

    En été, il arrive que des températures excessives empêchent les travailleurs d’accomplir leurs tâches dans des conditions acceptables. Dès lors, l’employeur doit prendre des mesures nécessaires pour réduire ces inconvénients. Ces mesures sont imposées par la réglementation.

Actualités et évènements

  • Gevaarlijk stoffen
    Gevaarlijk stoffen
    18.10.2019

    Protéger les travailleurs vulnérables contre les substances dangereuses

    Une nouvelle fiche d’information de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) est consacrée aux travailleurs vulnérables...
  • Kankerverwekkende stoffen
    Kankerverwekkende stoffen
    15.10.2019

    Gérer les risques que présentent les substances cancérigènes au travail

    Une nouvelle fiche d’information de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) fournit des conseils pratiques sur les...
  • exoskeleton
    exoskeleton
    03.10.2019

    Influence des exosquelettes et de l'innovation sociale sur la santé et la sécurité au travail

    Deux notes de discussion de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) étudient de quelle façon la sécurité et la...