Paramètres climatiques

Les échanges thermiques entre le corps et l’air ambiant dépendent des paramètres climatiques suivants :

  • la température de l’air ;
  • l’humidité de l’air ;
  • la vitesse de l’air ;
  • la température du globe noir ;
  • la température humide naturelle.

La température de l’air (ta, °C)

En général la température de l’air est bien connue de tous et il est facile d’en avoir une valeur assez précise par des thermomètres électroniques ou en verre.

Attention, la température de l’air se mesure toujours à l’abri du rayonnement thermique :

  • à l’ombre, et non en plein soleil ;
  • à l’écart d’une surface chaude telle qu’un four.

Il existe de nombreux appareils pour mesurer la température de l’air, notamment :

  • un thermomètre classique avec certificat (avec une incertitude de par exemple 0,3°C) ;
  • un thermomètre mécanique dont l’étalonnage est stable ;
  • un thermomètre électronique à étalonner régulièrement.

Pour mesurer la température de l’air :

  • placer l’appareil de mesure au niveau du poste de travail, à 1,5 m de haut, en écartant les travailleurs (pour ne pas influencer le mesurage) et en abritant le capteur contre le rayonnement (soleil, four…) par un écran, la main ou une feuille de papier ;
  • attendre la durée de stabilisation selon l’appareil choisi ;
  • effectuer le relevé de la température avec une incertitude acceptable de 1°C.

L’humidité de l’air (HR, %)

Très souvent les personnes vont parler de pourcentage en ce qui concerne l’humidité de l’air sans trop bien savoir ce que représente ce pourcentage d’humidité relative.

L'humidité de l'air se caractérise par :

  • la pression partielle de vapeur d’eau (pa, kilopascals ou KPa) : contribution de la vapeur d’eau à la pression atmosphérique ;
  • la température de rosée (tdp, °C) : température à laquelle il faut abaisser l’air pour assister à la condensation partielle de la vapeur d’eau ;
  • l’humidité relative (HR, %) : pourcentage de la pression partielle de vapeur d’eau pa par rapport à la pression de vapeur à saturation à la même température ;
  • la température humide (th, °C) : température minimale d’une nappe d’eau soumise à évaporation forcée dans l’air considéré à une température et une humidité données.

L’humidité relative (HR, %) est le paramètre le plus souvent employé. Il correspond donc au rapport entre la quantité de vapeur d’eau dans l’air et la quantité maximale de vapeur d’eau que l’air peut accepter à cette température. Cette quantité maximale de vapeur d’eau dans l’air, la saturation, augmente avec la température de l’air. Une HR de 40% à 30°C correspond ainsi à un air beaucoup plus humide qu’une HR de 80% à 10°C. Donner une HR en % sans préciser la température de l’air n’a donc aucun sens.

En hiver, l’air est plus sec malgré des valeurs d’HR qui sont souvent proches de 100%. Dès que l’air se refroidit, la vapeur d’eau va se condenser et un brouillard ou de la condensation sur les surfaces va apparaître.

En été, l’air est, au contraire, plus humide et la sueur a plus de difficulté à s’évaporer dans l’air et donc le corps à se refroidir.

En été, un système d’air conditionné devra déshumidifier l’air extérieur lors de son refroidissement tandis qu’en hiver, l’air extérieur sera humidifié lors de son réchauffement. L’objectif est d’arriver à une humidité relative comprise idéalement entre 40% et 60% à des températures de l’air de confort entre 18 et 25 °C.

L’humidité de l’air peut se mesurer au moyen d’un hygromètre :

  • placer l’appareil au niveau du poste de travail à 1,5 m de hauteur, en écartant les travailleurs (pour ne pas influencer le mesurage) et en abritant le capteur contre le rayonnement (soleil, four…), par un écran, la main ou une feuille de papier ;
  • attendre la durée de stabilisation selon l’appareil choisi ;
  • effectuer le relevé du taux d’humidité, avec une précision acceptable de 5%.

La vitesse de l’air (va, m/s)

La vitesse de l’air ne doit être :

  • ni trop élevée : les courants d'air importants ne sont jamais supportés par les travailleurs ;
  • ni trop faible : ce qui induirait un inconfort à cause des odeurs (par ex. la transpiration qui ne s'évapore pas…).

Les courants d'air vers le visage ou la nuque doivent être évités car la sensation de fraîcheur à court terme peut être associée, à moyen terme, à des douleurs musculaires.

Il est important de ventiler la zone de travail avec de l'air extérieur, éventuellement réchauffé à la température de confort.

La vitesse absolue de l’air peut être mesurée :

  • soit avec un anémomètre à ailettes pour des vitesses d’air entre 0,3 m/s et 8 m/s ;
  • soit avec un anémomètre à fil chaud pour des vitesses d’air entre 0 et 5 m/s.

Utilisation :

  • placer l’appareil dans la zone de travail pendant 10 minutes pour le mettre à température ambiante ;
  • placer la sonde au poste de travail, à différents endroits successivement, en l’orientant dans le sens du courant d’air (rechercher cette direction en faisant pivoter la sonde et en recherchant la vitesse la plus élevée) ;
  • lire les vitesses minimales et maximales les plus fréquentes pendant 5 secondes et en faire la moyenne arithmétique (attention, l’échelle de lecture n’est en général, pas linéaire) ;
  • en particulier pour les conditions de confort, répéter le mesurage au niveau du tronc, de la tête et des jambes.

La température du globe noir (tg, °C)

Le rayonnement thermique est mesuré grâce à un thermomètre à globe noir. Il s’agit d’un thermomètre dont le capteur est situé au centre d’une sphère fermée en cuivre d’un diamètre de 15 cm et peinte en noir mat.

Utilisation :

  • Le thermomètre à globe noir est placé au poste de travail à 1,5 m de hauteur, en tenant les travailleurs écartés (pour ne pas influencer le mesurage).
  • La durée de stabilisation de l’appareil varie de 20 à 30 minutes selon le rayonnement à mesurer et l’appareil lui-même. Le rayonnement doit être constant durant cet intervalle de temps. S’il varie, le mesurage n’a aucun sens et des appareils plus spécialisés devront être utilisés.

La température humide naturelle (thn, °C)

Cette température intervient dans le calcul de l’indice WBGT.
Il n’est pas recommandé de mesurer directement la température humide naturelle, du fait qu’il s’agit d’un mesurage :

  • global, non défini physiquement ;
  • au moyen d’un appareil peu standardisé ;
  • qui camoufle les données primaires climatiques que sont la température de l’air, l’humidité de l’air, la vitesse de l’air et la température moyenne de rayonnement.

Ambiances thermiques - Documentation externe

Site Deparisnet.be (Belgique)

Des informations concernant les ambiances thermiques sont disponibles sur le site du Professeur J. Malchaire : Deparisnet.be

Dossiers "Travail à la chaleur" et "Travail au froid" (INRS - France)

Sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et de maladies professionnelles (INRS) :

Ambiances thermiques - Outils

Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques de travail (SPF Emploi - Belgique)

La stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels a été développée pour aider à mettre en place une gestion dynamique et efficace des risques. Elle comporte quatre niveaux d'intervention : Screening (dépistage), OBservation, ANalyse et Expertise.

La stratégie Sobane appliquée aux ambiances thermiques de travail est disponible sur le site Sobane, dans la rubrique Outils > Observation - Analyse - Expertise par domaine de risque > Les méthodes Sobane par domaine de risque > Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques.

Outils de calcul (Site Deparisnet.be - Belgique)

Des programmes pour le calcul des indices thermiques de confort (PMV-PPD) ou de contraintes (WBGT, PHS) sont disponibles sur demande sur le site deparisnet.be : Programmes.

Tables de calcul du WBGT (SPF Emploi)

Des tables de calcul du WBGT sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale :

Utilitaires informatiques pour la gestion des contraintes thermiques (IRSST - Canada – 2008)

Sur le site de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), sont disponibles :

Calculateurs online du WBGT

Normes

  • ISO 7730:2005 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critères de confort thermique local
  • ISO 7933:2004  Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation de la contrainte thermique fondée sur le calcul de l’astreinte thermique prévisible
  • ISO 7243:1989 Ambiances chaudes – Estimation de la contrainte thermique de l'homme au travail, basée sur l'indice WBGT (température humide et de globe noir)
  • ISO 15265:2004 Ergonomie des ambiances thermiques - Stratégie d'évaluation du risque pour la prévention de contraintes ou d'inconfort dans des conditions de travail thermiques
  • ISO 15743:2008 Ergonomie des ambiances thermiques - Lieux de travail dans le froid - Évaluation et management des risques
  • ISO 11079 :2007 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination et interprétation de la contrainte liée au froid en utilisant l'isolement thermique requis du vêtement (IREQ) et les effets du refroidissement local
  • EN 342:2004 Vêtements de protection - Ensembles vestimentaires et articles d'habillement de protection contre le froid
  • EN 511:2006 Gants de protection contre le froid

Ambiances thermiques - Publications

Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE (SPF Emploi – Belgique – 2012)

Conformément à la stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels (plus d’infos sur le site www.sobane.be), cette brochure décrit une méthode à quatre niveaux : dépistage, observation, analyse et expertise, qui devrait permettre de mieux prévenir et /ou corriger les risques liés aux ambiances thermiques de travail. La brochure comprend une série de fiches d’aide.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE.

Ambiances thermiques (SPF Emploi – Belgique - 2013)

Cette brochure a pour objet d’expliquer l’arrêté royal du 4 juin 2012, qui est maintenant abrogé et remplacé par les dispositions du titre 1er du livre V du code du bien-être au travail. Elle s’adresse à la fois aux conseillers en prévention, aux chefs d’entreprise responsables de la mise en œuvre de la prévention, et aux travailleurs concernés par cette prévention.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques.

Questions parlementaires

  • 1586 Chambre - Les mesures au travail en cas de température élevée

Ambiances thermiques - Réglementation

  • Titre 1er relatif aux ambiances thermiques du livre V du code du bien-être au travail
  • Titre 1er concernant les exigences de base relatives aux lieux de travail du livre III du code

Les textes réglementaires et leurs explications sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans la rubrique Thèmes > Bien-être au travail > Facteurs d'environnement et agents physiques > Ambiances thermiques.

En pratique

  • koude.jpg
    Ambiances thermiques

    Travailler quand il fait froid

    Les basses températures peuvent avoir des conséquences négatives sur le travail. Quels sont les températures limites légalement définies en-dessous desquelles on ne peut plus travailler?
  • Zomerhitte op het werk
    Zomerhitte op het werk
    Ambiances thermiques

    Grandes chaleurs au travail

    En été, il arrive que des températures excessives empêchent les travailleurs d’accomplir leurs tâches dans des conditions acceptables. Dès lors, l’employeur doit prendre des mesures nécessaires pour réduire ces inconvénients. Ces mesures sont imposées par la réglementation.

Actualités et évènements

  • 2019-06-18_16_24_12-stress_icons_-_download_free_vector_icons_noun_project.png
    18.06.2019

    Sur le blog: la Belgique compte plus de 400.000 malades de longue durée

    Le nombre de Belges qui restent plus d'un an à la maison pour raisons médicales ne cesse d'augmenter...
  • 2019-06-14_12_48_58-nar-cnt.png
    NAR
    14.06.2019

    Subventions de projets pilotes destinés à la prévention primaire du burn-out

    Entre le 1er juin et le 31 juillet 2019, les employeurs du secteur privé ou des commissions paritaires peuvent soumettre une demande de subvention...
  • sante.png
    12.06.2019

    Nouvelles règles pour la surveillance de la santé périodique

    Le Moniteur belge du 11 juin 2019 a publié l’arrêté royal du 14 mai 2019 modifiant le code du bien-être au travail en ce qui concerne la surveillance...