Lutter contre les TMS sur le lieu de travail donne un retour sur investissement positif

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont les problèmes de santé liés au travail les plus fréquents et font partie des causes d’absence pour maladie les plus fréquentes dans l’Union européenne (UE). En conséquence, ils peuvent représenter un coût élevé pour les employeurs en termes de soins de santé, d’indemnisation, d’absences pour maladie et de perte de productivité. Ces troubles peuvent toutefois être prévenus et gérés. En prenant des mesures pour lutter contre les TMS, les entreprises peuvent réduire les coûts et faire rentabiliser leur investissement.

Prévalence des TMS

Non seulement 3 travailleurs sur 5 dans l’UE se plaignent de problèmes musculo-squelettiques, mais environ 60% des travailleurs ayant un problème de santé lié au travail estiment qu’un TMS est le problème le plus grave.

Le problème subsistera probablement dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population européenne combiné à de nouveaux facteurs de risque, comme rester assis de longues heures dans le cadre d’un travail de bureau et du télétravail. Vu la fréquence à laquelle les TMS se présentent chez les travailleurs, ces affections peuvent engendrer des coûts élevés pour les entreprises. Protéger la santé et la qualité de vie des travailleurs est non seulement une responsabilité légale, mais c’est aussi un bienfait pour l’entreprise.

Coût pour les entreprises

Il existe une large palette de coûts directs et indirects engendrés par les TMS liés au travail. Les coûts directs comprennent la prise en charge par les employeurs des soins de santé, des médicaments et de l'indemnisation pour un travailleur atteint d’un trouble musculo-squelettique.

Les entreprises subissent aussi des coûts indirects en lien avec les TMS. Les travailleurs souffrant de TMS sont plus souvent absents du travail, si bien que ces troubles peuvent perturber ou ralentir les processus opérationnels et mener à une perte de productivité au sein des équipes.

En outre, quand des travailleurs sont absents pendant une certaine période pour se remettre ou s'ils prennent une retraite forcée ou anticipée, il y a des frais supplémentaires pour engager le personnel de remplacement. De manière générale, en l’absence d’une bonne prévention et d’une bonne gestion, les TMS peuvent avoir des répercussions économiques importantes pour une entreprise.

Mesures préventives en guise d’investissement

Les troubles musculo-squelettiques peuvent être évités si l’on prend des mesures précoces pour contrer leur développement. De cette manière, les entreprises peuvent éliminer ou réduire bon nombre de ces coûts.

Pour éviter l’augmentation des TMS, les entreprises doivent réaliser une analyse des risques pour comprendre l’ampleur du problème. Elles peuvent adopter une série de mesures préventives, par exemple en veillant à ce que les travailleurs effectuent une rotation des tâches pour éviter les mouvements répétitifs, en encourageant les travailleurs à prendre régulièrement des pauses pour éviter les positions inconfortables ou les longues périodes en position assise, en mettant à disposition des équipements ergonomiques ou en fournissant un équipement d’aide pour le levage ou le déplacement de charges.

Ces mesures doivent être assorties d’une politique d’intervention précoce sur le lieu de travail, où les employeurs prennent immédiatement des actions quand une plainte relative à un TMS est signalée. Si cette plainte n’est pas traitée, la situation va probablement s’aggraver pour le travailleur et l’impact économique pour l’entreprise n’en sera que plus important.

Pour un bénéfice maximal, les entreprises doivent aussi s’intéresser à la revalidation des travailleurs qui ont souffert d’un TMS. En réglant soigneusement le retour au travail du travailleur qui a été absent, l’entreprise peut s’assurer que le travailleur se rétablit bien et que la productivité de l’équipe n’en est pas impactée.

S’attaquer aux TMS sur le lieu de travail peut avoir un impact économique positif sur les entreprises, outre l’amélioration de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il apparaît que, dans les pays et secteurs où davantage de mesures préventives sont en vigueur, les travailleurs sont moins susceptibles de se plaindre de TMS.

Plus d'informations

sur le site de:

(Source: Healthy Workplaces Campaign Newsletter 2)