Exposition à la chaleur

Le titre 1er relatif aux ambiances thermiques du livre V du code du bien-être au travail détermine les valeurs d’action devant être observées. La fixation de valeurs d’action est importante pour pouvoir déterminer à quel moment des mesures préventives doivent être prises. Ces valeurs d’action ont pour but de protéger la santé des travailleurs. Dans le cas de problèmes de confort thermique, l’utilisation de ces valeurs a peu de sens.

Valeurs d’action d’exposition

Les valeurs d’action d’exposition à la chaleur sont fixées à partir de l’indice WBGT en fonction de la charge physique de travail :

Charge physique de travail

Indice WBGT max.

Légère ou très légère

29

Moyenne

26

Lourde

22

Très lourde

18

Plus d’informations au sujet du WBGT sont disponibles :

Mesures en cas de chaleur excessive

Plus d’informations sur les droits des travailleurs en cas de grandes chaleurs sont disponibles sur le site internet du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans la rubrique Thèmes > Bien-être au travail > Facteurs d'environnement et agents physiques > Ambiances thermiques > Droits des travailleurs en cas de grandes chaleurs.

Origine technologique

Dans les locaux de travail fermés, lorsqu’en raison de la chaleur excessive d’origine technologique due à la convection, les valeurs d’action d’exposition sont dépassées au niveau du poste de travail comportant la charge la plus lourde, des dispositifs de ventilation artificielle ou un système d’aspiration doivent être installés, conformément aux dispositions concernant l’aération des lieux de travail.

Lorsque les valeurs d’action d’exposition sont dépassées en raison d’une chaleur excessive d’origine technologique causée par des rayonnements, des écrans de protection, des vêtements de protection réfléchissants ou des vêtements de protection avec un système de refroidissement incorporé doivent être utilisés.

Par exemple, pour le métier de trempeur, certains matériaux très durs sont obtenus par des méthodes de trempage. Le trempeur sort la pièce à tremper d’un four à l’aide d’un crochet et la positionne ensuite dans un cadre où elle est noyée dans un bain d’huile en même temps que sa forme est contrôlée. Cette activité alterne avec celle d’approvisionnement du four qui implique une charge physique élevée. La contrainte thermique est principalement radiante et localisée essentiellement à la partie supérieure du corps. Il faut prévoir des gants résistants à la chaleur, des vêtements réfléchissants pour le haut du corps et une protection du visage.

Si les mesures précédentes ne peuvent être prises, on doit alors appliquer l’alternance des périodes de présence au poste de travail et des temps de repos. Les temps de repos sont pris sur place ou dans un local de repos qui répond aux dispositions des articles III.1-60 et III.1-61 du code.

Enfin, l’employeur doit distribuer des boissons rafraîchissantes afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail. Elles sont distribuées sans frais pour les travailleurs et conformément à l’avis du médecin du travail.

Origine climatique

Lorsque les valeurs d’action d’exposition sont dépassées en raison d’une chaleur excessive d’origine climatique, les mesures suivantes sont à prendre :

  • Si le dépassement se poursuit, l’employeur installe, dans un délai de 48 heures prenant cours au moment de la constatation du dépassement, dans les locaux de travail, des dispositifs de ventilation artificielle conformément aux dispositions concernant l’aération des lieux de travail.
  • Si le dépassement se poursuit après dépassement du délai mentionné ci-dessus, l’employeur établit un régime de présence limitée au poste de travail, et de temps de repos.
  • L’employeur veille à la distribution, sans frais pour les travailleurs, de boissons rafraîchissantes, conformément à l’avis du conseiller en prévention-médecin du travail, afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail.

Le délai mentionné ci-dessus n’est pas pris en considération lorsque le dépassement des valeurs d’action d’exposition trouve son origine aussi bien dans des facteurs technologiques que dans des facteurs climatiques.

Les travailleurs doivent être protégés des rayonnements solaires par toute installation qui s’y prête ou par une adaptation de l’organisation du travail. Des équipements de protection collectifs ou individuels doivent être mis à disposition des travailleurs exposés à un rayonnement solaire direct.

Exposition de courte durée lors d’interventions

Dans le cas d’une exposition de courte durée à une chaleur excessive grave lors d’interventions, par exemple lors d’un travail d’entretien particulier ou lors d’une intervention dans un incendie, la durée maximale d’exposition et l’organisation du travail sont déterminées, au préalable, par le conseiller en prévention-médecin du travail.

Celui-ci peut décider d’organiser, pendant l’exposition, une surveillance des paramètres physiologiques du travailleur concerné, afin d’éviter un dépassement des limites physiologiques. On peut mettre en place une surveillance de la fréquence cardiaque, de la température centrale et de la perte de poids.

Effets sur la santé des ambiances chaudes

Effets sur la prestation de travail

  • diminution de la vigilance. C’est l’effet mental le plus courant. Plus la tâche mentale est complexe, plus on est sensible à cet effet. Il se produit déjà lors d’une légère augmentation de la température. Dans les études expérimentales, on a un temps de réponse prolongé à partir d’une température ambiante de 29,4°C. Une diminution de vigilance a été déterminée à partir de WBGT = 26,7°C ;
  • réduction de la concentration et de la mémoire à court terme ;
  • détresse psychologique ;
  • fatigue, diminution des performances psychomotrices ;
  • actes plus dangereux, erreurs et accidents ;
  • baisse de la productivité à partir de WBGT = 27°C.

Effets pathologiques

Cinq troubles peuvent résulter d’une exposition excessive à des conditions climatiques chaudes (en ordre décroissant de gravité) :

  • coup de chaleur ;
  • épuisement par la chaleur ;
  • crampes de chaleur ;
  • syncope de chaleur ;
  • troubles cutanés.

Coup de chaleur

Le coup de chaleur est une situation d’urgence médicale, mettant la vie en danger, causée par la défaillance du système de régulation thermique dans le cerveau. Elle se produit lorsque la température centrale dépasse 41°C.

Les signes cliniques sont : étourdissements, faiblesse, vomissements, confusion, délire et/ou troubles visuels. Des convulsions et une perte de conscience peuvent se produire. La peau est très chaude et mouillée de sueur au début. Plus tard, la sueur sèche et la peau devient sèche. La pression artérielle peut augmenter légèrement mais diminue ensuite. Dans les cas graves, des saignements, de l’arythmie cardiaque et des problèmes hépatiques et rénaux peuvent apparaitre.

Le traitement consiste à obtenir rapidement (dans l’heure) la diminution de la température centrale à moins de 39°C et à maintenir les effets secondaires sous contrôle. Le refroidissement par évaporation de l’eau sur la peau peut réduire la température du corps rapidement et est généralement facile à mettre en œuvre dans des situations d’urgence.

La victime doit être portée dans un endroit ombragé et frais et ses vêtements doivent être ôtés. Elle doit être mise en position couchée latérale (position latérale de sécurité). Il faut arroser l’ensemble du corps avec de l’eau fraiche (15°C). Si possible, on crée un fort courant d’air le long de la personne, par exemple avec un ventilateur.

L’immersion dans l’eau froide a été recommandée précédemment, mais elle est maintenant abandonnée en raison des risques de complications.

Epuisement par la chaleur

Chez les individus qui travaillent dur, longtemps, dans des conditions chaudes, et qui manquent de sel et d’eau, peut survenir un épuisement par la chaleur avec déshydratation et manque de sel. Les symptômes sont une soif intense, une sensation de faiblesse, des nausées, de la fatigue, des maux de tête, de la confusion, une augmentation du rythme cardiaque et une peau humide. La température centrale est supérieure à 38°C. Les signes de syncope de chaleur et de crampes de chaleur (voir ci-dessous) peuvent également être présents.

Parfois, de l’hyperventilation peut se manifester. Cette affection peut évoluer vers le coup de chaleur.

Le traitement consiste à faire se reposer la personne dans un endroit frais et ombragé, et à lui faire boire de l’eau salée. Dans les cas graves, une solution saline doit être administrée par voie intraveineuse.

Crampes de chaleur

Les crampes de chaleur sont provoquées par le manque de sel résultant des pertes excessives dues à la transpiration et au fait de consommer uniquement des boissons pauvres en sel.

Elles sont caractérisées par des contractions musculaires lentes et douloureuses et des spasmes musculaires sévères qui persistent de 1 à 3 minutes au niveau des groupes musculaires qui sont le plus couramment utilisés pour le travail.

Les muscles sont durs comme une boule de billard. La peau est humide et froide et la température du corps peut être normale ou légèrement élevée. La personne doit être placée dans une pièce fraiche et consommer une solution salée. Une période de repos supplémentaire de 1 à 3 jours avec un supplément de sel dans l’alimentation est parfois indiquée.

Syncope de chaleur

Lors d’une syncope de chaleur, la personne tombe tout d’un coup inconsciente à la suite de la vasodilatation des vaisseaux sanguins de la peau, qui provoque une chute de la pression artérielle. Cette chute se produit habituellement après plus de 2 heures de dur labeur. La peau est fraiche et humide, le pouls est faible. La pression artérielle est habituellement inférieure à une pression de 100 mm de mercure. Le traitement consiste à rester couché dans un endroit frais et à boire.

Affections cutanées par suite de chaleur

Diverses affections cutanées peuvent survenir à la suite du travail à la chaleur :

  • La ‘Miliaria’ (miliaire) ou apparition de boutons de chaleur est provoquée par l’accumulation de sueur dans la peau par suite de l’obstruction des glandes sudoripares. Elle se manifeste par des cloques, une rougeur et une desquamation.
  • L’Intertrigo est causé par une transpiration excessive, en particulier chez les personnes obèses. Les plis de la peau (aisselles, aine) sont rouges et ramollis.
  • De l’urticaire de chaleur peut également se produire et il est généralement caractérisé par la présence de plaques rouges marquées qui peuvent démanger.

Moyens de lutte physiologiques

Pour lutter contre les variations de température dues à son environnement, notre corps développe divers moyens de lutte physiologiques :

  • Vasodilatation : dilatation des vaisseaux sanguins sous la peau, de telle sorte que la surface de dégagement de chaleur par rayonnement (rayonnement thermique) et par convection (chaleur de l’air ambiant) est augmentée. Si le rayonnement thermique provenant de sources extérieures est supérieur à celui du corps, ou si l’air ambiant est plus chaud que le corps, ce dernier absorbe la chaleur au lieu de la dissiper.
  • Transpiration : par évaporation de la sueur, la chaleur est extraite du corps. Cet effet augmente à mesure que l’air ambiant est moins humide et/ou que le flux d’air autour du corps augmente. Si l’air ambiant est trop humide et qu’il n’y a pas ou peu de ventilation, la transpiration est inefficace. Il y a alors formation de gouttes de sueur. Les vêtements peuvent alors également avoir un effet négatif (vêtements imperméables, fermés ou trop lourds).
  • Acclimatation : en cas d’exposition régulière, le corps va s’adapter physiologiquement (diminution du métabolisme et augmentation de l’efficacité de la vasodilatation et de la transpiration).

Ambiances thermiques - Documentation externe

Site Deparisnet.be (Belgique)

Des informations concernant les ambiances thermiques sont disponibles sur le site du Professeur J. Malchaire : Deparisnet.be

Dossiers "Travail à la chaleur" et "Travail au froid" (INRS - France)

Sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et de maladies professionnelles (INRS) :

Ambiances thermiques - Outils

Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques de travail (SPF Emploi - Belgique)

La stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels a été développée pour aider à mettre en place une gestion dynamique et efficace des risques. Elle comporte quatre niveaux d'intervention : Screening (dépistage), OBservation, ANalyse et Expertise.

La stratégie Sobane appliquée aux ambiances thermiques de travail est disponible sur le site Sobane, dans la rubrique Outils > Observation - Analyse - Expertise par domaine de risque > Les méthodes Sobane par domaine de risque > Stratégie SOBANE appliquée aux ambiances thermiques.

Outils de calcul (Site Deparisnet.be - Belgique)

Des programmes pour le calcul des indices thermiques de confort (PMV-PPD) ou de contraintes (WBGT, PHS) sont disponibles sur demande sur le site deparisnet.be : Programmes.

Tables de calcul du WBGT (SPF Emploi)

Des tables de calcul du WBGT sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale :

Utilitaires informatiques pour la gestion des contraintes thermiques (IRSST - Canada – 2008)

Sur le site de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), sont disponibles :

Calculateurs online du WBGT

Normes

  • ISO 7730:2005 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critères de confort thermique local
  • ISO 7933:2004  Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation de la contrainte thermique fondée sur le calcul de l’astreinte thermique prévisible
  • ISO 7243:1989 Ambiances chaudes – Estimation de la contrainte thermique de l'homme au travail, basée sur l'indice WBGT (température humide et de globe noir)
  • ISO 15265:2004 Ergonomie des ambiances thermiques - Stratégie d'évaluation du risque pour la prévention de contraintes ou d'inconfort dans des conditions de travail thermiques
  • ISO 15743:2008 Ergonomie des ambiances thermiques - Lieux de travail dans le froid - Évaluation et management des risques
  • ISO 11079 :2007 Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination et interprétation de la contrainte liée au froid en utilisant l'isolement thermique requis du vêtement (IREQ) et les effets du refroidissement local
  • EN 342:2004 Vêtements de protection - Ensembles vestimentaires et articles d'habillement de protection contre le froid
  • EN 511:2006 Gants de protection contre le froid

Ambiances thermiques - Publications

Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE (SPF Emploi – Belgique – 2012)

Conformément à la stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels (plus d’infos sur le site www.sobane.be), cette brochure décrit une méthode à quatre niveaux : dépistage, observation, analyse et expertise, qui devrait permettre de mieux prévenir et /ou corriger les risques liés aux ambiances thermiques de travail. La brochure comprend une série de fiches d’aide.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques de travail - Série Stratégie SOBANE.

Ambiances thermiques (SPF Emploi – Belgique - 2013)

Cette brochure a pour objet d’expliquer l’arrêté royal du 4 juin 2012, qui est maintenant abrogé et remplacé par les dispositions du titre 1er du livre V du code du bien-être au travail. Elle s’adresse à la fois aux conseillers en prévention, aux chefs d’entreprise responsables de la mise en œuvre de la prévention, et aux travailleurs concernés par cette prévention.

Cette brochure est disponible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale dans le module Publications > Ambiances thermiques.

Questions parlementaires

  • 1586 Chambre - Les mesures au travail en cas de température élevée

Ambiances thermiques - Réglementation

  • Titre 1er relatif aux ambiances thermiques du livre V du code du bien-être au travail
  • Titre 1er concernant les exigences de base relatives aux lieux de travail du livre III du code

Les textes réglementaires et leurs explications sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans la rubrique Thèmes > Bien-être au travail > Facteurs d'environnement et agents physiques > Ambiances thermiques.

En pratique

  • koude.jpg
    Ambiances thermiques

    Travailler quand il fait froid

    Les basses températures peuvent avoir des conséquences négatives sur le travail. Quels sont les températures limites légalement définies en-dessous desquelles on ne peut plus travailler?
  • Zomerhitte op het werk
    Zomerhitte op het werk
    Ambiances thermiques

    Grandes chaleurs au travail

    En été, il arrive que des températures excessives empêchent les travailleurs d’accomplir leurs tâches dans des conditions acceptables. Dès lors, l’employeur doit prendre des mesures nécessaires pour réduire ces inconvénients. Ces mesures sont imposées par la réglementation.

Actualités et évènements

  • zandstralen
    zandstralen
    23.07.2019

    Règlementation adaptée pour le traitement au jet et de dessablage

    L’arrêté royal du 17 juin 2019, publié le 22 juillet 2019, supprime le système d’autorisation pour l'exécution en plein air des travaux de...
  • meldingsplicht
    meldingsplicht
    17.07.2019

    Sur le blog: obligation d’information en cas de travaux à proximité de conduites en sous-sol

    Le 9 mai 2019 est paru l’arrêté royal du 22 avril 2019 portant modification de l’arrêté royal du 21 septembre 1988 relatif aux prescriptions et...
  • exoskeleton
    exoskeleton
    15.07.2019

    Sur le blog: étude sur l'utilisation d'exosquelettes chez les magasiniers

    Les exosquelettes ne sont pas encore suffisamment au point pour être utilisés dans les magasins afin de soulever et déplacer de lourdes boîtes. Ils...